Accueil > Revue de la littérature scientifique > L’activité physique pour l’enfant asthmatique : bénéfique ou néfaste ?
< Retour à la liste des articles

L’activité physique pour l’enfant asthmatique : bénéfique ou néfaste ?

L’asthme est l’une des maladies pédiatriques chroniques les plus courantes. Dans les pays développés, la prévalence de l’asthme chez les enfants a en effet beaucoup augmenté ces 30 dernières années. Les étiologies de l’asthme infantile ne sont toujours pas complètement connues et, de même, le rôle de l’activité physique (AP) dans la prévention est peu clair.

D’où l’intérêt de la méta-analyse de Lene Lochte et coll. ayant pour objectif de déterminer la relation entre l’AP et la prévalence de l’asthme chez l’enfant et l’adolescent. Parmi 1 571 titres, 11 articles ont été sélectionnés : 3 études de cohorte et 8 études transversales. L’asthme était défini par : asthme actuel (12 derniers mois), asthme d’effort, respiration sifflante, traitement médical de l’asthme. Concernant l’AP, l’intensité a été identifiée comme étant la dimension clef pour la relation dose-réponse. Pour déterminer la fréquence de l’AP dans les différentes études, les résultats ont été divisés entre : aucun sport d’équipe joué (AP basse) ou ≥ 1 sport d’équipe joué (AP haute), participation sportive ≤1 fois par semaine (AP basse) et ≥ 2 fois par semaine (AP haute), regarder la télévision ≥1 heure par jour (AP basse) et <1 h par jour (AP haute).

Après analyse, on trouve un risque d’apparition de l’asthme chez les enfants à faible AP (OR= 1,32 ; IC95% [0,95 ; 1,84] [effets aléatoires] et 1,35 [1,13 ; 1,62] [effets fixes]). De plus, il existe une association positive significative entre les symptômes d’asthme infantile et une faible AP.

En somme, les enfants et les adolescents ayant une faible AP ont un risque accru d’apparition d’asthme, et pour les asthmatiques, un risque plus élevé de symptômes ou de respiration sifflante. Néanmoins, l’hétérogénéité des critères de l’AP ou de la définition de l’asthme dans les différentes études montre la nécessité de préciser les seuils de fréquence et d’intensité de l’AP la plus bénéfique. Reste aussi à approfondir les mécanismes de l’absence d’AP dans l’apparition ou la recrudescence des symptômes de l’asthme.

Anne-Céline Rigaud

Lochte L et coll.: Childhood asthma and physical activity: a systematic review with meta-analysis and Graphic Appraisal Tool for Epidemiology assessment. BMC Pediatrics 2016, Diffusion en ligne avant parution le 18 avril 2016 ; 16 :50. doi: 10.1186/s12887-016-0571-4.