Accueil > Pathologies respiratoires > BPCO

BPCO

A+ | A | A-

L’essentiel

La broncho-pneumopathie chronique obstructive ou BPCO est une maladie chronique inflammatoire des bronches, entraînant une gêne respiratoire. Elle se caractérise par une progression plus ou moins rapide de l’obstruction bronchique, une altération de la qualité de vie et un risque accru de mortalité (1).
A l’origine des symptômes : une inflammation et des modifications structurales qui débutent et prédominent au niveau des Voies Aériennes Distales (1). Du fait de cette atteinte initiale difficile à explorer et réputée « silencieuse », les symptômes de la BPCO restent à la fois tardifs et souvent sous-diagnostiqués (1).
L’enjeu d’une prise en charge efficiente reste majeur. En France, 3,5 millions de personnes sont concernées, avec 100 000 atteintes de formes exacerbées nécessitant une oxygénothérapie à domicile (2).

Modifications structurales et inflammation : l’importance des Voies Aériennes Distales

Dans la BPCO, les Voies Aériennes Distales sont le siège principal de l’obstruction bronchique, avec :

  • une atteinte des bronchioles (fibrose péribronchiolaire, présence de bouchons de mucus) (3).
  • une destruction des parois alvéolaires (emphysème) (3).
  • un remodelage vasculaire pulmonaire (épaississement de la paroi artérielle, augmentation des résistances vasculaires pulmonaires) (3).

Les lésions –inflammation et modifications structurales- progresseront avec la sévérité de la maladie (1).

BPCO : mécanismes physiopathologiques au niveau des Voies Aériennes Distales

 L’atteinte des Voies Aériennes Distales entraîne une diminution des débits expiratoires (1,4).

BPCO, l’urgence d’agir

Selon les estimations de l’OMS, la BPCO pourrait devenir d’ici 2020 la 5ème maladie la plus courante dans le monde et la 3ème cause de mortalité (4).
Si la fumée de tabac reste le facteur étiologique principal de la BPCO, le tabagisme passif, la pollution ou encore l’exposition professionnelle sont des facteurs causals à ne pas négliger. Environ 15% des BPCO en Europe surviennent chez des individus non-fumeurs, proportion qui atteint 50% dans les pays en voie de développement (5).

Principales causes de BPCO chez le non-fumeur (5)
Tabagisme passif
Pollution intérieure liée à la combustion de biomasse :
Bois, charbon, herbe sèche, brindilles, déjections animales
Pollution extérieure : Particules fines (<2,5 μM [PM2,5], <10 μM [PM10], NO2, CO)
Exposition professionnelle 
milieu industriel : industrie minière, bâtiments et travaux publics, fonderie, sidérurgie milieu agricole : milieu céréalier (ouvriers des silos), production laitière, élevage des porcs
Origine génétique
Déficit en alpha-1 antitrypsine, Cutis Laxa, Syndrome de Marfan, Syndrome d’Ehlers-Danlos
Autres
Toxicomanie intra-veineuse, VIH, Vascularite urticariante hypocomplémentémique, anorexie mentale

La Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive du sujet non-fumeur, réalisée par le Pr Gabriel Thabut, Service de pneumologie B et transplantation pulmonaire, Hôpital Bichat :

broncho-pneumopathieCette brochure scientifique propose une synthèse bibliographique concernant l’implication des facteurs environnementaux (pollution, exposition professionnelle,..) impliqués dans le développement de la broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive.

Visionner en ligne

Télécharger le PDF

 


Références
1. Chaouat A. et al. Symptoms and natural history of COPD : role of the distal airways. Revue des Maladies Respiratoires. 2011 ; 28 : 1071-1078.
2. Données INSERM. http://www.inserm.fr/dossiers-d-information/bronchopneumopathie-chronique-obstructive-bpco
Mai 2015. Consulté le 31 janvier 2016.
3. Burgel PR et al. Structural abnormalities and inflammation in COPD : a focus on small airways. Revue des Maladies Respiratoires. 2011 ; 28 : 749-760.
4. Barnes P. Chronic obstructive pulmonary disease. New England Journal of Medecine.2000 ; 343 : 269-280.
5. Salvi SS et al. Chronic obstructive pulmonary disease in non-smokers. Lancet 2009 ; 374 : 733-743.