Accueil > Actualités > Focus sur les voies aériennes distales

Focus sur les voies aériennes distales

A+ | A | A-

L’essentiel

Anatomiquement, les Voies Aériennes Distales (VAD ou « small airways ») incluent les voies aériennes à partir de la 8ème division bronchique jusqu’aux bronchioles terminales (1).
Longtemps, leur rôle dans la genèse et l’évolution des maladies respiratoires a été difficile à évaluer. En cause ? Leur position anatomique profonde, leur petite taille et le caractère tardif des modifications des épreuves fonctionnelles respiratoires conventionnelles (spirométrie et pléthysmographie) (1).
Aujourd’hui, les avancées en matière d’exploration et d’imagerie (IRM et tomodensitométrie) ont permis de mettre en évidence le rôle clé de ces lésions profondes dans des pathologies bronchiques invalidantes comme les formes sévères d’asthme et de BPCO (1-3).

Explorez l’arbre bronchique jusqu’aux Voies Aériennes Distales

Les Voies Aériennes Distales : des dernières bronches cartilagineuses jusqu’aux canaux alvéolaires (4).

arbre bronchique

Les Voies Aériennes Distales regroupent une succession de 10 à 16 générations de bronchioles membraneuses de conduction, suivies de 3 générations constantes de bronchioles respiratoires partiellement alvéolisées (4).

Atteinte des Voies Aériennes Distales : quelles affections pulmonaires concernées ?

Longtemps réputées silencieuses au regard des Voies Aériennes Proximales, les lésions des Voies Aériennes Distales participent à la physiopathologie d’un grand nombre d’affections pulmonaires, la plupart infectieuses ou dues au tabac (1,4).
Dans l’asthme et la BPCO en particulier, l’inflammation et les modifications structurales prédominent dans les Voies Aériennes Distales :

  • dans les formes graves d’asthme comme l’asthme mortel, l’asthme sévère mal contrôlé ou encore l’asthme nocturne (5).
  • dans les formes précoces de la BPCO (6).

Reproduit avec permission d’après les références : Ryu JH, Myers JL, Swensen SJ. Bronchiolar disorders. Am J Respir Crit Care Med 2003 ; 168 ; 1277-1292 et Burgel PR, Bergeron A, de Blic J, Bonniaud P, Bourdin A, Chanez P, Chinet T, Dalphin JC, Devillier P, Deschildre A, Didier A, Kambouchner M, Knoop C, Laurent F, Nunes H, Perez T, Roche N, Tillie-Leblond I, Dusser D. An overview of small airways disease, excluding asthma and COPD. Eur Resp Rev 2013; 22: 131-147). (7-8)

Classification des maladies des Voies Aériennes Distales
Atteintes bronchiolaires primitives :
– Bronchiolites constrictives (ou oblitérantes)
– Bronchiolites aiguës
– Panbronchiolites diffuses
– Bronchiolites respiratoires du fumeur
– Bronchiolites liées à l’inhalation de poussières minérales
– Bronchiolites folliculaires
– Autres atteintes bronchiolaires primitives
(bronchiolite par inhalation, bronchiolites lymphocytaires)
Atteintes infiltratives diffuses avec une prédominance de lésions bronchiolaires :
– Pneumonies d’hypersensibilité
– Bronchiolites respiratoires avec atteintes infiltratives diffuses
– Pneumonies organisées cryptogéniques
– Autres pathologies infiltratives diffuses
(Histiocytose Langheransienne, sarcoïdose)
Atteintes bronchiolaires associées à des pathologies des grosses bronches :
– Bronchopneumopathie chronique obstructive
– Dilatations des bronches et mucoviscidose
– Asthme

Cette classification proposée par Ryu et al. en 2003 est fondée sur un mélange de caractéristiques cliniques, anatomopathologiques et physiologiques (7).

Les progrès de l’imagerie au service de l’exploration des Voies Aériennes Distales

Historiquement, les biopsies pulmonaires chirurgicales ont constitué la principale source d’étude des anomalies structurales des Voies Aériennes Distales.
Les progrès du scanner permettent aujourd’hui une visualisation indirecte des anomalies des Voies Aériennes Distales (aspect de perfusion en mosaïque sur des coupes en inspiration et en expiration) (2).

Reproduit avec permission d’après les références Laurent F., Tunon de Lara M. Apport de l’imagerie dans l’évaluation de l’atteinte des petites voies aériennes dans l’asthme. Revue des Maladies Respiratoires. 2009 ; 26 : 407-11.
© Elsiever Masson SAS. Tous droits réservés

tomodensitrometrie
Tomodensitrométrie chez un patient soufrant d’asthme modéré. Coupe en fin d’expiration révélant 2 zones de piégeage (plages plurilobulaires hypodenses dans les lobes inférieurs droit et gauche (2)).

 < 2mm

C’est le diamètre des Voies Aériennes Distales habituellement identifiées sur les coupes histologiques sous la forme de bronchioles non-cartilagineuses chez un patient adulte (5).


Références
1. Tillie-Leblond I. et al. L’asthme, une maladie de tout l’arbre aérien. Revue des Maladies Respiratoires. 2009 ; 26 : 851-858.
2. Laurent F., Tunon de Lara M. Apport de l’imagerie dans l’évaluation de l’atteinte des petites voies aériennes dans l’asthme. Revue des Maladies Respiratoires. 2009 ; 26 : 407-11.
3. Burgel PR et al. The role of small airways in obstructive airway diseases. European Respiratory Revue. 2011 ; 20 : 119, 23-33.
4. Kambouchner M. The small airways : normal histology and the main histopathological lesions. Revue des Maladies Respiratoires. 2013 ; 30 : 286-301.
5. Burgel. PR et al. Update of the roles of distal airways in asthma. European Respiratory Revue. 2009; 18: 112, 80–95
6. Chaouat A. et al. Symptoms and natural history of COPD : role of the distal airways. Revue des Maladies Respiratoires. 2011 ; 28 : 1071-1078.
7. Ryu et al. Bronchiolar disorders. American Journal Of Respiratory and Critical Care Medicine. 2003 ; 168 : 1277-1292.
8. Burgel PR et al. An overview of small airways disease, excluding asthma and COPD. European Respiratory Rev 2013 ; 22 : 131-147